100 conseils pour rédiger un CV

Comment faire un CV

Comment faire un CV ? C’est l’une des questions phares de tout chercheur d’emploi. Un ancien candidat qui est devenu un ami m’a mis au défi de publier mes conseils. Ainsi est née la liste des 100 conseils pour rédiger un curriculum vitae ! Je me suis inspiré de la lecture de milliers de candidatures, bien sûr, mais aussi de livres sur l’écriture d’un CV, d’articles de DRH sur le sujet ou d’avis d’experts en ressources humaines. J’ai aussi utilisé mes échanges avec d’autres recruteurs qui tous avaient un avis sur la manière d’écrire le bon CV. Bonne lecture !

Un liste de 100 conseils sur comment faire un CV, cela fait beaucoup ! Pour faciliter la lecture, j’ai donc classé les conseils en plusieurs thèmes dont vous trouverez les liens ci-dessous :

N’hésitez pas à partager ces conseils :

[wp_social_sharing social_options=’facebook,twitter,googleplus,linkedin,xing’ facebook_text=’Facebook’ twitter_text=’Twitter’ googleplus_text=’Google+’ linkedin_text=’Linkedin’ xing_text= »Xing » icon_order=’f,t,g,l,x’ show_icons=’1′ before_button_text=’Partagez sur les réseaux sociaux !’ text_position=’Left’ social_image= »]

 

Comment préparer la rédaction de son CV ?

 

Télécharger l’ebook 100 conseils pour rédiger un CV

 

➡ A quoi sert un CV ?

Avant d’apprendre comment faire un CV, il faut savoir à quoi il sert ! Ce rappel n’est pas fortuit car visiblement beaucoup de candidats l’ignorent. Ils rédigent des documents qui ressemblent à des notices techniques. Qui lit des notices techniques ? 😕  Pas les DRH…

Un Curriculum Vitae sert à attirer l’attention du recruteur pour qu’il vous propose un entretien. Vous disposez en général de quelques secondes. Donc le CV doit être un document qui en dit juste assez pour l’intéresser, et le pousser à décrocher son téléphone. Il doit être clair et concis. L’entretien sert ensuite à aller plus loin. En ce sens, rédiger du contenu pour son Curriculum Vitae est un acte commercial.

➡ Préparer son (ses) projet(s) professionnel(s)

Ne pas se lancer à corps perdu dans le rédaction de son CV ! Prendre un instant pour réfléchir à l’emploi que l’on souhaite occuper. Pour ce faire, prendre une feuille et écrire ses projets professionnels. Il est fort probable que vous n’écrirez qu’une seule ligne : le nom du poste que vous avez déjà occupé…  Toutefois, même si vous rechercher un poste de magasinier, il est  possible de décliner cette fonction. Par exemple : « Réceptionniste magasinier », « gestionnaire de stocks », « responsable de dépôts », « responsable magasinage »…

Ces idées sont autant de type d’annonces que vous pourrez chercher, de présentations de CV… ou de direction professionnelle que vous pourrez prendre.

➡ Faire la liste de vos atouts pour chacun des projets professionnels

Encore un peu de réflexion pour éviter le syndrome de la page blanche ou le hors sujet dans votre CV. Pour chaque projet, indiquer des arguments tels que des expériences probantes, des formations, des qualités personnelles qui permettent de dire que vous êtes fait pour ce travail et que vous en avez les qualités.

➡ Se creuser encore la tête pour trouver des atouts à mettre dans votre CV

Si vous n’avez pas beaucoup d’expérience concernant directement vos projets professionnels, essayez de détailler les missions en rapport avec votre projet. Par exemple, le magasinier réceptionne ou prépare des produits à livrer. Quels sont les qualités pour accomplir ces tâches ? Pourquoi pas de la rigueur pour contrôler la conformité des livraisons ou pour respecter le plan d’entreposage. Réfléchissez alors sur les expériences personnelles qui démontrent votre rigueur.

➡ Penser aussi aux faiblesses de son parcours : les freins pour occuper le poste recherché

Si vous ne pensez pas à faire le bilan de vos faiblesse sur le poste convoité, le recruteur le fera à votre place… et il sera trop tard !

Indiquez donc sur la feuille dédiée à votre projet professionnel, les faiblesses réelles ou perçues. Indiquez en regard si il est possible d’apporter une solution, comme une formation par exemple. Discutez-en éventuellement avec une personne qui occupe déjà ce type d’emploi pour vérifier votre analyse. Et préparez votre réponse en cas d’un entretien.

 

Comment faire un CV ? Les outils à utiliser

 

➡ Utiliser un traitement de texte !

Il y a des professions où vous pensez que ce conseil est inutile (une simple lettre manuscrite suffit). Détrompez-vous. Sachez que même pour des professions du bâtiment par exemple, il est nécessaire d’écrire un document « à la machine ». Il faut éviter de se distinguer soit par son écriture, soit par son allergie aux technologies. A noter, le bloc-note de Windows n’est pas un traitement de texte ! Si vous voulez utiliser un outil gratuit sur Windows, il y a WordPad. Il existe aussi en téléchargement la suite Open Office qui est l’équivalent de Microsoft Word. Et si vous êtes allergique à tout téléchargement, Google Drive propose un traitement de texte en ligne.

➡ Ouvrir un dictionnaire pour l’orthographe et les synonymes

J’y reviendrais par la suite. Mais faire un CV, c’est aussi écrire correctement en français (cet article est un exemple de ce qu’il ne faut pas faire : il est truffé de fautes !… que je corrige au fil de l’eau). Même si les correcteurs d’orthographe fonctionnent de mieux en mieux, il peut être utile de vérifier aussi le sens d’une expression ou enrichir son vocabulaire. Idem pour les synonymes. Plutôt que de dire : « j’ai fait ceci ou cela », il est important d’utiliser des verbes d’actions précis : contrôler, réceptionner, etc.

➡ Utiliser un fond blanc pour faire son cv

Si vous n’envoyez pas votre Curriculum Vitae par la poste, vous n’aurez donc pas besoin de l’imprimer. En revanche, le recruteur va l’ouvrir sur son ordinateur, et s’il est intéressé il est certain qu’il l’imprimera. Dans la majorité des cas, évitez de vous distinguer par la couleur de fond de votre CV. Eviter les mises en forme colorées ou les arabesques… Sauf dans des cas précis où la mise en page du document fait partie de l’exercice. Pour les graphistes, par exemple. Ou dans le cas où vous pensez que la forme importe plus plus que le fond. Par ailleurs, beaucoup d’imprimantes restent en noir et blanc (les imprimantes laser à gros volume) : testez donc l’impression de votre CV en nuance de gris.

➡ Imprimer son CV pour l’envoyer par voie postale

Un certain nombre d’organismes, notamment des administrations, exigent l’envoi d’un CV papier. Comme indiqué dans le conseil précédent, il faut effectivement utiliser un fond blanc pour son CV. Si jamais votre CV tient sur au moins 2 pages, n’imprimez pas en recto-verso. Si les CV sont photocopiés, « vous êtes mort ». Si le recruteur lit rapidement les CV (je devrais retirer le « si »), il risque de passer à côté de votre plus brillante expérience…

➡ Dernier conseil pour l’envoi de votre CV par la poste

Si vous décidez d’envoyer votre CV par la poste, évitez à tout pris ces erreurs MONUMENTALES. La première est d’utiliser du papier ou une enveloppe avec le logo de votre entreprise actuelle. Le recruteur constatera que vous utilisez les moyens de votre entreprise à des fins personnelles ! Plus sournois est d’utiliser l’affranchissement de l’entreprise. Souvent les entrerpises ont effectivement leur propre flamme, et vous seriez également démasqué(e) !

➡ Quel format pour le CV ?

Pour enregistrer un CV, les deux formats les plus répandus ce jour sont les formats Word microsoft (« doc », « docx »…) et le format « pdf ». Ne partez pas du principe que quelque soit le format de votre CV, le recruteur pourra le lire. Par exemple, la suite OpenOffice produit des fichiers avec une extension « odt » que les recruteurs ne savent pas toujours lire. C’est aussi le cas des formats « doc » et « docx ». Les versions anciennes de Word ne savent pas lire les nouveaux formats « docx », à moins de leur ajouter un plugin que les responsables des ressources humaines n’ont pas toujours à leur disposition…

Le format « pdf » semble avoir l’unanimité pour lui. D’abord parce qu’il est léger (voir un autre de mes conseils). Ensuite, la plupart des outils de traitement de texte, y compris des outils créatifs, permettent d’enregistrer le résultat dans un fichier « pdf ». Dans tous les cas, avant d’envoyer votre CV sous un format quelconque tenter de vérifier qu’il s’ouvre sur un PC ET sur un Mac (beaucoup de recruteurs notamment en cabinet de recrutement) ont un ordinateur d’Apple.

➡ Vérifier que les outils de recrutement arriveront à lire votre CV

Des candidats envoient parfois des CV mais qui ne seront pas indexés pas par les candidathèques. Pour indexer un document, il faut que ce document soit converti en texte pour être ensuite indexé. Si votre CV contient des images, un élément scanné ou par exemple votre état-civil sous forme de carte de visite que vous avez fabriqué avec un logiciel d’image, ces éléments ne seront pas convertis. Cela nuit au traitement de votre candidature.

Pour vérifier ce que « voit » les logiciels de gestion de candidature, il faut enregistrer le document Word en format texte. Pour un fichier pdf, dans un lecteur comme Acrobat reader, par exemple, chercher à enregistrer le fichier en format texte. Si le fichier et vide ou ne contient pas les informations importantes, supprimer les images concernées, et les remplacer par du texte.

➡ Eviter un CV « trop lourd »

Savez-vous que les messageries des entreprises limitent parfois la taille des pièces-jointes ? Parfois, les recruteurs utilisent des logiciels en ligne pour traiter les CV. Lorsque l’on fait un CV qui  « pèse » plusieurs Mégaoctets, le drh peut attendre plusieurs secondes pour que le document s’ouvre. Voire même, il peut être impossible à visualiser.

Comment faire un CV trop lourd ? Il suffit d’insérer des images ou des photos. Votre photo, bien sûr, mais aussi les logos des entreprises si vous en avez insérés dans votre Curriculum Vitae. Même en réduisant visuellement la taille de l’image, vous ne réduisez pas sa taille dans le fichier (ce n’est pas le cas dans un fichier « pdf » qui en général réduit le poids des images). Quel est le bon poids pour un fichier. Disons que jusqu’à 1 Mo (mégaoctet), c’est acceptable, au-delà vous prenez des risques. Comment connaître le poids de son CV ? Dans Windows, un clic droit sur le nom du fichier, puis sur le menu « Propriété » (une page qui explique).

➡ Pour éviter que l’on modifie votre CV

Si vous envoyez votre fichier dans un format Microsoft Office ou Open Office, il peut facilement être modifié. Par exemple, certaines sociétés de conseil indélicates utilisent ce procédé pour envoyer votre CV avec leur logo à des clients potentiels. Et ils vous reçoivent si le dit client est intéressé. Pour freiner cette utilisation, sauvegarder votre CV en format pdf. C’est moins facile pour eux de le modifier (ils doivent le recopier).

Vous allez me dire, pourquoi les empêcher, s’ils peuvent me trouver un emploi ? Oui mais s’ils envoient votre CV à un ancien employeur ou à dans une société pour laquelle vous ne souhaitez pas travailler !

➡ Utiliser des mots-clés dans tout votre Curriculum Vitae

Savez-vous qui est le premier lecteur de votre CV ?… Un ordinateur ! La plupart des recruteurs utilisent des recherches par mots-clés pour trouver votre CV dans une candidathèque. Mais les DRH sont aussi très souvent équipés d’un logiciel de gestion de candidatures pour les aider à faire le tri lors de la réception. Ces logiciels ou les sites emploi proposent souvent de faire un « matching » entre les candidats et les postes. Ces outils s’appuient la plupart du temps sur des mots clés repérés dans le Curriculum Vitae du candidat.

 

La rubrique Etat-civil du curriculum vitae

 

➡ Ne pas oublier ses coordonnées

Dans le domaine de l’informatique, il n’est pas rare qu’un candidat envoie le CV écrit par sa société de services. Il le remet en forme, mais oublie carrément d’indiquer des coordonnées où le joindre ! C’est ballot…

➡ Fournir un numéro de téléphone portable

La plupart des recruteurs sont des gens pressés. Ils parcourent les CV et appellent dès que la candidature semble intéressante. Entre 2 CV pertinents, le recruteur appelle d’abord le candidat avec un portable car il a une bonne chance de pouvoir obtenir immédiatement les informations qui lui manquent. S’il doit enregistrer un message, il a l’assurance que ce message sera pris en compte plus rapidement que s’il s’agit d’un téléphone fixe. Cela lui évite aussi d’être rappelé trop tard. Le recruteur peut avoir oublié l’appel ou trouvé un CV plus attractif…

➡ Indiquer son nom d’usage dans le CV

Faire un CV, ce n’est pas écrire une fiche de police. Pour les femmes mariées ne pas indiquer son nom de jeune fille. Si vous disposez de plusieurs prénoms et noms, choisissez la simplicité. Il sera toujours temps d’indiquer toutes vos coordonnées au moment de l’embauche.

➡ Faut-il encore indiquer une adresse postale ?

Le lieu de résidence semble être un objet de discrimination. Et il n’y a plus beaucoup de recruteurs qui envoient des courriers postaux. Cela coûte cher et cela prends du temps. Encore une fois, si on vous embauche, il sera toujours temps de donner une adresse précise. Si vous pensez que votre adresse est un problème, vous pouvez remplacer l’information par : « Mobile Ile-de-France » par exemple. Le téléphone et l’email sont en revanche obligatoires, et d’autres informations comme skype, un lien vers votre réseau social professionnel remplaceront votre adresse dont l’absence passera inaperçue.

➡ Donner une adresse email pour communiquer avec le recruteur

Comment faire un CV aujourd’hui sans indiquer une adresse email ? Ce n’est pas possible. Si vous n’avez pas d’adresse email, vous n’existez pas. Quelque soit la profession ! Choisissez une adresse qui fait « pro » (par exemple votre prénom et nom). Évitez donc les chouchou.princesse@yahoo.fr. Il est facile de créer des alias qui vous permettent de garder votre email plus familière pour les amis.

➡ Fournir un identifiant Skype pour un entretien en ligne

Les recruteurs sont des gens pressés. Si votre cv indique un identifiant Skype où vous joindre, il vous proposera peut-être un entretien vidéo si votre profil ne correspond pas exactement à la cible, car « on sait jamais ». Un entretien skype est plus rapide de mise en oeuvre qu’un entretien physique. D’ailleurs, de plus en plus de recruteurs utilisent ce moyen lors d’une première sélection de candidats.

➡ Communiquer ses profils sociaux pour trouver un emploi

Vous avez sans doute remarqué que les recruteurs indiquent de plus en plus souvent dans leur email des liens vers leur profil LinkedIn, Viadeo… N’hésitez pas à indiquer, vous aussi, vos liens sociaux dans votre CV. Mais attention, veillez à ce que votre profil corresponde aux éléments contenu dans votre CV…

➡ Si vous avez un vrai présence digitale, faire une rubrique dédiée

Si vous êtes particulièrement impliqué dans les médias sociaux (sur votre thématique professionnelle bien sûr), il peut être opportun de la mettre en avant dans une rubrique « Digitale ». Indiquez vos comptes et profils Twitter, LinkedIn, Viadeo, Xing mais également un lien vers votre blog en précisant son objet, des liens vers vos présentations Slideshare….

➡ Faut-il préciser sa situation de famille dans un cv ?

Cette information est du domaine privé. Elle n’est pas neutre pour le recruteur. Il peut en déduire que vous n’êtes sans doute pas mobile, si vous êtes marié(e) avec 5 enfants. Si vous êtes une jeune femme, le recruteur peut supposer vos futures absences pour maternité si vous êtes visiblement jeune mariée. Il imaginera que vous êtes disponible et que vous ne compterez pas vos heures si vous êtes célibataire. Attendez-vous à ce type de raisonnement. Si vous avez des enfants préciser éventuellement leur âge peut rassurer le recruteur. S’ils sont grands, ils se débrouillent seuls. S’ils sont jeunes, il est préférable d’ajouter une mention du type « garde à domicile », par exemple.

➡ Indiquer sa nationalité dans la rubrique état-civil

Si vous êtes étranger, il est préférable de fournir sa nationalité, ainsi que votre capacité à travailler dans le pays d’accueil (permis de séjour, carte de travail…). Cela peut éviter des déconvenues administratives indépendantes de l’entreprise ou de son Directeur des ressources humaines. Plus d’information concernant les étrangers salariés sur service-public.fr.

➡ La situation au regard du service national

Cette information se trouvait autrefois régulièrement dans le CV des candidats masculins. Ce n’est plus le cas (c’est quoi le service national ? demandent les plus jeunes !). Mais si vous avez fait votre service (militaire ou civil), n’hésitez pas à en parler dans votre expérience professionnelle ou dans vos compétences.  Attention, c’est vrai pour les jeunes diplômés ou les candidats avec une première expérience. A oublier a priori pour les plus anciens.

➡ Le(s) permis de conduire

Si vous postulez pour un poste de commercial itinérant, ou évidemment de chauffeur, cette information est indispensable. Dans le cas où l’information n’est pas demandée dans l’annonce, cela n’a pas plus d’intérêt que de donner votre couleur préférée ! Pour tous les métiers qui nécessitent de se déplacer, il peut être intéressant de préciser également que vous disposez d’un véhicule personnel.

➡ Ne pas donner son numéro de sécurité social dans son CV

Le numéro de sécurité social est une information indispensable lors de votre embauche. En revanche, cette information n’a rien à faire dans un Curriculum Vitae. Si vous envoyez votre CV, vous n’êtes malheureusement pas encore embauché(e). Au mieux, le recruteur pensera que vous ne devez avoir l’habitude d’envoyer votre CV. Au pire, il peut vous trouver présomptueux de penser que vous êtes déjà en situation d’être embauché(e).

➡ Indiquer son âge dans son CV (Contre)

L’âge est malheureusement l’un des premiers critères de discrimination, selon l’observatoire des discriminations. Cette discrimination touche surtout les seniors. Faut-il alors indiquer son âge dans son curriculum vitae ? Oui, si vous n’êtes pas touché par cette « fatalité ». Encore que certains postes ne seront pas facilement accessibles aux juniors. Non dans les autres cas.

Réfléchissons. Que risque-t-il de se passer ? Vous indiquez votre âge dans la partie Etat-civil de votre CV, en tête de document. Si votre âge n’est pas conforme aux attentes du recruteur, il ne va pas plus loin (soyons francs !). S’il ne voit pas l’âge, il regarde le contenu du CV. Si ce contenu l’intéresse, il cherche l’âge à la fin du CV. En l’absence de cette information, il cherche des dates qui peuvent lui donner une piste (ça c’est si votre CV l’intéresse bien sûr). Si par malheur la date de vos diplômes initiaux ou de votre première expérience est indiquée, et qu’elle se situe avant la date de naissance du recruteur, vous êtes cuits ! Donc si vous ne donnez pas votre âge, de donnez pas non plus de dates anciennes.

➡ Donner son âge dans son CV (Pro)

Ne pas donner son âge peut permettre d’échapper à une éviction rapide par un assistant de recrutement. Toutefois, cela peut être contre productif. Toutes les entreprises n’ont pas des préjugés. Votre CV peut alors paraître suspect si vous camouflez toutes les informations qui pourraient aider le recruteur à calculer votre âge. Au contraire, le fait d’écrire clairement son âge confirme auprès d’un lecteur avisé que le candidat n’a pas de problème avec sa date de naissance !

➡ Mettre une photo dans le curriculum vitae

Uniquement SI c’est demandé dans l’annonce, SI le poste nécessite des contacts avec le public, ET si vous êtes photogénique ET que la photo est professionnelle (c’est à dire pas de photo de vacances redécoupée ou de photo d’identité avec un teint livide et triste). Dans tous les autres cas, oubliez. Une photo crée une réaction émotionnelle chez le lecteur de votre curriculum vitae. Et cela peut vous desservir même si vous pensez que vous avez le look d’un jeune premier ou d’une starlette. Imaginez que le recruteur soit un gros boutonneux : vous êtes morts ! Certains argumentent que cela ajoute de l’humanité dans le CV. Malheureusement, on ne sait pas qui va lire le CV… Plus de conseil sur le type de photo à mettre sur Capital.

➡ Faut-il indiquer son salaire ?

Même si cela n’arrive pas très souvent, des candidats indiquent dans la rubrique Etat-Civil leur salaire. On retrouve cette manière de procéder dans des professions manuelles, par exemple, ou lorsque les candidats ont l’habitude des société d’intérim. Le salaire se présente en entretien, c’est l’usage. Parfois des recruteurs demandent dans l’annonce les prétentions salariales. Dans ce cas, il est préférable d’en parler dans la lettre de motivation, ce qui permet d’aussi de justifier le montant.

➡ A ne surtout pas écrire dans son CV…

J’ai personnellement rarement vu ce type d’information dans un CV. Mais je préfère en parler au cas où… Vous ne devez en aucun cas faire figurer dans votre CV vos opinions politiques, votre religion, voire votre orientation sexuelle. Les informations proscrites sont bien plus nombreuses. Je vous engage à visiter le site de la CNIL, et sur cette page qui contient, entres autres, les informations qui ne doivent pas apparaitre dans un CV.

 

Le titre du CV ou l’accroche

 

➡ Donner un titre au CV

Une majorité de candidats ne donne pas de titre à leur CV. Je crois que c’est par peur d’être catalogué ou de se fermer des portes. Si vous envoyez votre CV en réponse à une annonce, le recruteur sera rassuré de lire un titre de CV qui ressemble au poste qu’il propose. Si c’est une candidature spontanée, voulez-vous que votre curriculum vitae soit oublié dans une armoire ou dans un dossier « candidature spontanée » de la messagerie du DRH ? La seule option est d’indiquer son projet professionnel en titre du CV.

➡ Un titre en cohérence avec le contenu du Curriculum Vitae

Il est facile mais dommageable de procéder de la manière suivante. Reprendre dans le titre ou l’accroche du CV le titre du poste de l’annonce, puis laisser le reste du Cv en l’état. Au mieux, cela incommode le recruteur qui cherche ses petits dans votre CV, au pire c’est directement la poubelle… Qu’on le veuille ou non, il est préférable d’adapter son Cv à chaque fois pour maximiser ses chances d’obtenir un entretien d’embauche. Quitte à repositionner les paragraphes entre eux, si par exemple vous avez une rubrique compétences.

➡ Ecrire une accroche de CV trop généraliste

Si vous être informaticien, c’est un peu juste d’écrire comme accroche : « Développeur ». Il est préférable d’indiquer vos langages de prédilections. En plus, il est souhaitable d’indiquer d’autres informations qui caractérisent votre profil : peut-être connaissez-vous des domaines fonctionnels (comptabilité, ressources humaines, etc.). Sur une seconde ligne, vous pouvez également caractériser votre profil. Par exemple : mobile, anglais bilingue, expérience en agroalimentaire, etc.

➡ Donner un titre en cohérence avec l’annonce

Il faut bien sûr avoir le contenu de son Curriculum Vitae en cohérence avec le titre (voir plus haut). Mais l’accroche du CV doit être en cohérence avec le titre de l’annonce. Sans faire un copier/coller, il est important de reprendre les intitulés de fonction de l’entreprise. Si dans l’offre d’emploi, l’entreprise propose un poste de « Concepteur » ou de « Programmeur », utilisez ce terme plutôt que « Développeur ». De choisir des termes en cohérence avec l’annonce sert d’une part à l’identification rapide par le recruteur de votre savoir-faire. Car le recruteur n’a pas forcément la connaissance des différents métiers ou appellations utilisées. D’autre part, l’ensemble des CV est aujourd’hui informatisé, et le DRH aura tendance à chercher dans sa base en fonction des métiers « mots-clés » qu’il connaît.

➡ Ne pas se survendre

Si vous faîtes un copier/coller du titre de l’annonce, vous risquer rapidement de vous survendre. Pour forcer le trait, on peut imaginer le CV d’un jeune développeur en informatique, qui n’hésiterait pas à indiquer dans le titre de son CV : « Chef de projet »

➡ Si vous ne répondez pas à une annonce, quel titre pour votre CV ?

Lorsque vous répondez à une annonce, le directeur des ressources humaines s’arrêtera en priorité sur les CV qui ont une accroche en cohérence avec le poste qu’il a pourvoir. Dans le cas d’une candidature spontanées, il faut avant tout se poser la question de votre projet professionnel. Une bonne stratégie consiste à indiquer dans une première ligne le métier que vous convoitez, et dans une deuxième ligne votre souhait : « Travailler au sein d’un service blabla d’une entreprise dans le secteur yyy ». Evidemment il faut que la suite du CV soit cohérente par rapport à ce projet (que vous puissiez justifier votre accroche ».

➡ Si vous êtes jeune diplômé

Si vous sortez de l’école ou si vous disposez d’une première expérience, indiquez dans le titre de votre CV le domaine pour lequel vous êtes formé ou mieux directement le métier. En deuxième ligne, il peut être intéressant de fournir le titre votre dernière formation. Si l’école est connue dans son domaine, le nom de l’école.

➡ A la recherche d’un stage ou d’une alternance

Le CV sert pour trouver un emploi, mais il est également demandé lorsque vous recherchez un stage et à plus forte raison dans le cas d’un contrat en alternance. Dans ce cas, écrivez une accroche en 2 lignes. Sur la première ligne faite mention de votre situation d’étudiant en précisant le domaine (évitez d’utiliser des acronymes d’école ou de formation qui ne sont probablement pas connu de la plupart des recruteurs). Sur la 2ème ligne indiquez votre recherche : « cherche stage pour l’été (juillet/août) »… Cela serait une erreur de ne pas le mentionner dans le CV, et uniquement dans la lettre de motivation qui probablement ne suivra pas le CV qui sera distribué dans les différents services.

➡ N’écrivez pas « Curriculum Vitae »

C’est le conseil dont je suis le plus fier ! N’écrivez pas « Curriculum Vitae » comme titre de votre CV et ailleurs non plus. Ce n’est pas évident ? Voici 2 raisons pour éviter de le faire. La première est que je pense que vous aurez rapidement besoin de gérer l’espace sur votre document pour éviter de dépasser une, voire 2 pages. La seconde est que 99,99% des personnes (pas 100% car il y toujours des gens qui sont perdus…) qui recrutent savent qu’elles ont entre leurs mains votre CV (à moins que vous ayez rédigé un CV particulièrement, mais particulièrement, original !).

 

Les types de Curriculum Vitae

 

➡ Le CV antichronologique ou antéchronologique

Lorsqu’ils rédigent un CV, la plupart des candidats écrivent en fait un CV antichronologique ou antéchronologique (sans le savoir !). Concernant les adjectifs antichronologique ou antéchronologique les deux ne semblent ni exister pour le Larousse ni pour le Robert, mais on en trouve des définitions sur le Web (voir les liens). Ce type de CV présente un rubrique « Expérience » ou « Parcours professionnel » dans un ordre chronologique, mais en commençant par l’expérience la plus récente pour terminer par les plus anciennes. Ce type de CV est aussi celui attendu par la plupart des recruteurs qui savent rapidement identifier dans les expériences ou expériences récentes les éléments qui les convaincront… ou pas !

➡ Avantages du CV antichronologique (antéchronologique)

C’est le CV classique par excellence, donc il est apprécié par les personnes en charge des recrutements. Il est facile à parcourir car il suit un processus logique dans la tête du recruteur : l’expérience la plus récente est la plus importante à ses yeux. Le Curriculum Vitae antéchronologique est très adapté si votre parcours montre une prise de responsabilité progressive, une évolution ascendante de votre carrière. Il est également parfait si votre expérience démontre votre stabilité. Il est aussi utile sur vos réalisations les plus probantes par rapport à l’offre d’emploi visée sont les plus récentes.

➡ Inconvénients du CV antichronologique (antéchronologique)

Bien que ce type de Curriculum Vitae soit le CV de référence de la plupart des candidats, il ne leur est malheureusement pas adapté ! Il y a de moins en moins de candidats qui disposent d’un parcours parfait. Beaucoup d’entres nous ont connu le chômage, on dû changer d’entreprises plus souvent que souhaité (et je ne parle pas uniquement d’intérim), ou on dû accepté une baisse de responsabilité pour diverses raisons. Le CV antichronologique présente clairement toutes les défaillances de votre parcours. Si vous avez beaucoup d’expérience, le recruteur risque rapidement de revenir à ses a priori sur l’âge car il trouvera votre parcours trop riche.

➡ Le CV chronologique

Ce type de CV est assez peu utilisé. A l’inverse du Curriculum Vitae antichronologique, il présente votre parcours par ordre chronologique : de l’expérience la plus ancienne à la plus récente. Les candidats qui le rédigent pensent que ce type de CV valorise leur progression professionnelle. Il est donc plus adapté aux candidats déjà expérimentés. L’objectif est que lorsque le recruteur va lire le CV, il va réaliser que le candidat est capable d’évoluer et de prendre des responsabilités.

➡ Avantages du CV chronologique

Personnellement, je ne vois pas d’avantages au CV chronologique. A moins d’avoir un accroche de CV qui rappelle bien le poste pour que lequel on candidate, et qu’ensuite la progression des expériences montre effectivement la capacité à endosser une casquette qu’il ne possède pas encore. Il faut que le parcours soit exemplaire, et la promotion recherchée tout à fait adaptée à ce parcours.

➡ Inconvénients du CV chronologique

Les recruteurs passent peu de temps à lire des CV (moins d’une minute en général, et encore il faut que le CV l’intéresse !). Par ailleurs, les piles de CV sont généralement des CV antéchronologiques. Imaginez donc qu’il va lire la première ligne de votre rubrique « Parcours professionnel » en pensant que c’est votre dernière expérience. Par exemple, que va-t-il penser si vous postulez pour un emploi de « Responsable de grande surface » et que votre premier emploi était intérimaire au rayon frais ! Résultat : Clic-droit, supprimer !

➡ Le CV par compétences (ou thématique)

Le CV par compétences devraient être la norme. Au contraire, il est peu utilisé car sa rédaction est difficile. Contrairement aux CV chronologique ou antéchronologiques, il met d’abord en avant une rubrique appelée « Compétences ». On entend par compétence un ensemble de savoir-faire et d’aptitudes. Dans cette rubrique, on retrouve l’ensemble des compétences nécessaires à l’exercice du métier visé. Ensuite, elle peut être complétée de compétences annexes qui définissent votre parcours. Ainsi les compétences peuvent être techniques, managériales, commerciales, relationnelles…

➡ Avantages du CV par compétences (ou thématique)

Ce type de CV est le Curriculum Vitae de prédilections des personnes qui souhaitent changer de secteur professionnel. Un CV de type chronologique ne permet pas en effet de mettre en avant les compétences similaires au nouveau métier visé. Ensuite si vous êtes dans le cas d’un candidat qui a connu de nombreuses périodes d’inactivité et/ou d’employeurs vous éviterez (dans un premier temps) que le recruteur se focalise sur cet aspect. C’est aussi vrai si votre parcours manque de cohérence. Au contraire, avec le Curriculum Vitae par compétences vous mettrez vous-mêmes en avant les qualités de votre profil. Vous pourrez même souligner des qualités acquises dans le cadre d’activités annexes. Alors que ces éléments sont généralement relégué dans une rubrique « Loisirs » ou « Autres ».

➡ Inconvénients du CV par compétences (ou thématique)

Les recruteurs ne sont pas dupent. Il savent que si c’est un CV thématique, il est probable que le profil du candidat est atypique. Toutefois, de plus en plus de DRH apprécie l’effort d’analyse réalisé par le candidat qui permet de vérifier la compréhension du poste par la candidat et son adéquation. Mais ce n’est pas la norme. Donc il y a un risque de perdre des points si on présente un CV par compétences (mais peut-être moins que si le CV est de type chronologique !). Par ailleurs, c’est un CV difficile à écrire car il faut éclater son expérience pour en identifier les éléments communs qui servent de base au volet « Compétences ». Mais une fois qu’il est rédigé, le CV thématique est plus flexible car les compétences sont faciles à remanier selon le poste visé.

➡ Le CV mixte

Comme son nom l’indique, le CV mixte mélange la forme d’un CV de type chronologique (généralement antéchronologique), et pour chaque expérience souligne les compétences utilisées. Le Cv mixte permet de mettre en valeur les compétences acquises dans le cadre des expériences, au contraire du CV par compétences qui séparent les deux aspects. Il est bien adapté pour les personnes qui ont des expériences récentes qui sont pertinentes vis-à-vis du poste recherché. Il permet de mettre en valeur dans le contexte les compétences acquises.

➡ Avantages du CV mixte

En combinant les avantages du CV de type chronologique et du CV par compétences, le Curriculum mixte permet au candidat de mettre l’accent sur les compétences acquises, et qui sont demandées dans le cadre de l’emploi recherché. En fonction des annonces, il est aussi possible de modifier l’ordre ou la présence des compétences afin de mettre en valeur celles qui sont les plus pertinentes.

➡ Inconvénients du CV mixte

Ce CV plus que tous les autres demandent un temps de rédaction plus important. Il faut être capable de faire preuve d’un bon esprit de synthèse. Le risque est en effet d’écrire un CV de plusieurs pages, qui sera incontestablement moins percutant auprès du recruteur. Le CV a l’avantage d’être flexible et adaptable. L’inconvénient est donc qu’il faut modifier son contenu en fonction de l’annonce, du poste et de l’entreprise.

 

La rubrique expérience du CV

 

➡ Position de la rubrique expérience

Si vous êtes jeune diplômé(e), la rubrique expérience se situe plutôt sous la rubrique Formation. C’est aussi le cas si vous rédigez un CV par compétences. Dans tous les autres cas, il s’agit du cœur de votre Curriculum Vitae. La rubrique expérience doit donc si situer sous le titre ou la phrase d’accroche.

➡ Développer les expériences qui mettent en avant vos compétences et vos atouts

Il est souvent souhaitable de modifier son CV en fonction du poste visé. Vous avez intérêt à rédiger un CV complet, puis ensuite, en fonction du poste, à développer telles ou telles expériences. Quitte à réduire à une simple expression une expérience alimentaire. L’objectif est d’intéresser le recruteur et non pas de lui donner des batons pour vous faire battre (et en particulier pour refuser votre candidature).

➡ Avec une expérience de plus de 15 ans

La présentation des expérience anciennes peut être réduit, voire regroupée si une cohérence peut être trouvée. Par exemple des entreprises dans le même secteur professionnel. Il est possible qu’une de ces expériences apporte un plus sur votre candidature actuelle. Par exemple, la connaissance d’un domaine. Mais ceci n’aura au final que peu d’influence sur la décision de la personne qui embauche pour sélectionner ou non votre Curriculum Vitae. Il est donc préférable de présenter ses 10 dernières années : vous rendez ainsi votre CV actuel et dynamique.

➡ L’erreur de ceux qui disposent de beaucoup d’expérience

Plus on a d’années d’expérience, plus on a de chose à dire. Au final, il n’est pas rare d’écrire des CV de plusieurs pages. Lorsque vous travaillez pour une société de conseils ou dans l’intérim, ce type de CV est le standard. Mais son objectif est différent. Il doit montrer à la personne qui a besoin de vous que vous pouvez être opérationnel rapidement. Dans le cas d’un recrutement, l’objectif du CV est de convaincre un recruteur, qui n’est généralement pas votre futur patron, et qui ne connait non plus votre métier ! Donc, il faut être synthétique et éviter de le noyer dans des pages d’expérience !

➡ Indiquer les dates d’entrée et de départ

Beaucoup de candidats sont très précis sur les dates de leurs expériences. Si vous disposez d’une expérience courte ou de stages, cette information est indispensable surtout si le stage est de longue durée. Pour des expériences plus longues, seules les années suffisent. La lecture est plus fluide, le calcul mental des durées est facilité. Toutefois, méfiez-vous si vos expériences se succèdent tous les ans ou 2 ans. Cela ne plaira pas forcément à la personne qui recrute (problème de stabilité ?). Il vous faudra peut-être envisager d’utiliser un CV par compétences. Toutefois, attendez-vous à la question : pourquoi n’avez-vous pas indiqué les mois ?

➡ Donner des durées pour les expériences professionnels

Si votre parcours est trop chaotique ou si vos avez peur d’effrayer le recruteur avec des dates d’expériences qui sont plus vieilles que sa date de naissance, pourquoi ne pas indiquer sur les expériences plus anciennes ou toutes vos expériences, plutôt la durée de chacune d’elles. A faire uniquement si la plupart de vos expériences a une durée de plusieurs années, car la lisibilité de votre stabilité dans les emplois sera immédiate.

➡ Période de chômage prolongée

Des DRH traquent ce genre d’événements dans un CV, en vérifiant l’enchaînement chronologique des expériences. Donc inutile de camoufler plusieurs mois (ou années) de chômage. Par exemple, si vous indiquez deux périodes du type 2014/2012 et 2011/2008. Forcément ! se diront-ils, vous camouflez un chômage qui s’est peut-être prolongé de février 2011 à novembre 2012… Autant être honnête, et malheureusement vous n’êtes pas seul. Dans ce cas, plutôt que d’écrire « 11/2012 – 02/11 : Chômage », écrivez plutôt « Recherche d’emploi active : participation à différents ateliers professionnels, développement de nouvelles compétences… ».

➡ Faut-il indiquer les motifs de départ ?

Il n’est pas utile, et même pas du tout recommandé, d’indiquer dans le Curriculum Vitae les raisons de vos départs, comme le licenciement, la rupture conventionnelle ou la démission. Ces points sont abordés (et il faut s’y préparer) en entretien de recrutement. Dans le même registre, il est dangereux de masquer un fin de période d’essai en CDD (voir plus bas mentir sur son CV).

➡ Indiquez le nom de l’entreprise

Si cette entreprise est connue, il n’est pas nécessaire de donner de plus amples informations, sauf si vous avez travaillé dans une entité spécifique. Si l’entreprise n’est pas connue (par exemple une PME), fournissez une information sur son activité, le nombre de collaborateurs si cette information valorise votre candidature par rapport au poste ciblé, et donne une idée plus précise de votre expérience. Sinon soyez bref.

➡ Trop s’appuyer sur le prestige des entreprises de votre CV

Certains candidats disposent d’une expérience dans une entreprise prestigieuse, et ils se cachent derrière cette référence. Ils collent un logo ou détaillent l’activité de l’entreprise. Ils pensent que le simple fait d’avoir appartenu à une célèbre institution leur évite d’écrire ce qu’ils y ont fait. Les recruteurs ne sont pas dupes. C’est un peu la même chose avec les diplômes. Certains candidats mettent en avant HEC car ils y ont effectué un stage de formation de quelques semaines ou mois. Pour le recruteur, il est plus important de savoir ce que le candidat a appris.

➡ Travail dans une même entreprise et différentes fonctions

Si lors vos expériences, vous avez travaillé au sein d’une seule entreprise, ne répétez pas dans chacune de vos expériences le nom de cette entreprise. Il est préférable d’organiser l’expérience en sous-rubriques qui indiquent les intitulés des postes occupés avec les activités. La question est la même si il s’agit d’un seul et même groupe, avec plusieurs changements d’entreprises et/ou de fonctions. Dans ce cas, on ne répète pas le nom du groupe mais on découpe aussi en sous-rubriques qui sont les différentes entreprises.

➡ Renseignez la fonction occupée

Il n’est pas nécessaire d’utiliser l’intitulé exacte du poste si il est très spécifique à l’entreprise. En fonction de l’histoire de la société un intitulé de poste ne couvre pas forcément les mêmes tâches et fonctions que dans une autre entreprise. Le terme de « consultant » est par exemple la tarte à la crème des métiers en rapport avec le conseil, le commercial, le technico-commercial, l’expertise fonctionnel ou technique, etc. Choisissez idéalement un terme qui est en rapport avec les appellations de l’entreprise ciblée. Il peut y avoir des exceptions. Par exemple dans l’intérim, ce qui peut faire foi, c’est l’intitulé sur le bulletin de paye.

➡ Vous avez une expérience en management

Si vous spécifiez une responsabilité d’équipe, il est important de préciser le nombre de personnes encadrées. Un management de 3, 4 personnes signifie sans doute une implication personnelle dans les réalisation. Un responsable d’une équipe de 20 personnes ne fait plus que du management. Son activité est plus riche en reporting, gestion des hommes et relation avec les autres équipes.

➡ Voyez plus large que les tâches exécutées dans le cadre de votre expérience

N’oubliez pas de mentionner vos réalisations dans la description de vos expériences professionnelles, mais n’oubliez pas aussi les différents contacts internes ou externes que vous avez eu dans le cadre de cette expérience. Vous n’avez peut-être pas travailler dans le service logistique mais vous étiez peut-être leur interlocuteur privilégié. Et cela peut légitimer votre candidature. Vous avez peut-être eu aussi des contacts avec d’autres entreprises, des partenaires… S’ils sont connus, pourquoi pas les citer. Votre capacité à travailler avec des entreprises exigeantes en terme de procédure ou de qualité est aussi un facteur positif pour votre Curriculum Vitae.

➡ Ne détaillez pas (trop) vos expériences

Dans chacune de ses expériences il faut éviter de détailler trop précisément son activité. et de faire des phrases complètes. Il est préférable de prendre le temps de réfléchir à des termes précis afin d’éviter d’avoir trop de mots et d’alourdir la lecture et la présentation du CV. Se souvenir qu’un CV est parfois survolé en quelques secondes, il faut penser mots-clés et impact sur le lecteur.

➡ Utilisez des verbes d’actions

Un bon moyen d’être trop prolixe dans les descriptions de vos expériences est d’utiliser des verbes d’actions. Par exemple « développer » est plus précis que « faire des développements ». Vous pouvez utiliser des verbes pour souligner votre capacité d’actions, comme « créer », concevoir », négocier » ou « prospecter ». Il est utile aussi de montrer votre capacité à vous intégrer dans une équipe. Dans ce cas utilisez des verbes qui montrer votre aspect participatif comme « accompagner », « contribuer », « collaborer »… Le recruteur identifie immédiatement vos compétences.

➡ Si vous êtes un commercial

Dans le cas des professions commerciales ou des managers de centre de profit par exemple, le recruteur attend une présentation plus ciblée sur les des faits et des résultats. Une présentation classique de chaque expérience est dans ce cas de la forme : description de la mission, des objectifs et résultats obtenus.

➡ Utilisez des mots justes

En corollaire de l’utilisation des verbes d’actions pour commenter vos expériences professionnels, faites un choix juste et percutant pour tous les mots utilisés. Supprimer tous les mots superflus. Mais évitez aussi les acronymes que vous êtes seuls à connaître. Exception faîtes bien sûr des technologies ou des méthodes ou procédés.

➡ Evitez les termes trop techniques

En complément du corollaire 😉 , la première personne qui va lire votre CV ne connaît certainement pas tous vos termes métiers. Le recruteur risque de ne pas comprendre, et mal évaluer votre Curriculum Vitae. Au mieux, elle l’orientera vers la mauvaise personne, au pire elle vous trouvera pompeux ou pas clair (avec un classement vertical à la clé : poubelle) !

➡ Soyez factuel dans votre CV

La rubrique expériences de votre CV doit expliquer ce que vous avez fait, mais aussi doit montrer et prouver. Si vous affirmez avoir gérer un projet, il faut fournir son montant, sa durée, le nombre de personnes impliquées, etc. Un gestionnaire de paye peut fournir le nombre de fiche de paye. Un responsable des ressources humaines peut indiquer le nombre de recrutements réalisés. Evidemment, c’est encore plus vrai pour un commercial. Si les réalisations ne sont pas chiffrables, rien n’empêche d’indiquer un lien vers des écrits, des graphiques, voire un site web qui contiendrait un ensemble de réalisation. L’idée est d’illustrer votre propos et de montrer vos compétences.

➡ Si vous n’avez pas d’expérience professionnelle

Les jeunes diplômés ne disposent généralement pas d’une expérience professionnelle à proprement parler. Pour éviter d’être trop présomptueux, il préférable de renommer la rubrique « Expériences professionnelles » de son CV en « Stages professionnels ». Vous éviterez aussi d’être mis en défaut lors d’un entretien si vous n’avez précisé effectivement qu’il s’agit de stages. Si vous avez effectué peu de stages, vous avez probablement réalisé des projets au cours de votre scolarité. Indiquez la duré, éventuellement le nombre de personnes de l’équipe. Ajoutez aussi l’information si vous avez travaillé sur un mémoire.

➡ Il faut que la rubrique expérience de votre CV soit lisible

Cette rubrique est la plus importante mais aussi sans doute la plus longue de votre CV. Concentrez-vous bien sûr sur le fond, et le contenu, en veillant à alleger au maximum le texte (utilisez donc les verbes d’actions). Mais veillez aussi à la présentation. Utilisez un effet de gras ou de souligné pour différencier les expériences. Les puces vont aussi permettre une meilleures lisibilité en aérant le texte et en facilitant la compréhension de vos expériences.

 

Les rubriques compétences

 

➡ Quelle est la définition des compétences dans un Curriculum Vitae ?

Les compétences dans un CV regroupent plusieurs aspects. Tout d’abord, il s’agit de ce que vous avez appris, soit par des formations théoriques ou pratiques, soit par la connaissance d’un contexte particulier. Ensuite, il s’agit classiquement de votre savoir-faire. Le savoir-faire inclut toutes les tâches ou responsabilités que vous avez exercées. La manière la plus percutante pour caractériser un savoir-faire est d’utiliser un verbe d’action suivi de l’action réalisée. Enfin, les compétences incluent le savoir-être. Le savoir-être définit les qualités personnelles et humaines qui ont permis le succès dans vos expériences.

➡ Les deux types de rubrique compétences dans un CV

Dans le cas d’un CV thématique, la rubrique « Compétences » est la rubrique prédominante. C’est à dire celle qui apparaîtra directement sous le titre ou l’accroche du CV. Dans un CV plus classique (antéchronologique), les rubriques compétences sont des rubriques annexes qui peuvent s’appeler par exemple : « Compétences informatiques » ou « Langues ».

➡ Les thèmes de la rubrique Compétences du CV Thématique

Dans la rubrique compétences du CV Thématique (ou du CV par compétences), le thèmes sont généralement présentés sous forme de noms tels que « Management », « Commercial », « Technique », « Ressources humaines »… Il est nécessaire d’avoir au préalable fait l’analyse de ses expériences, et d’avoir identifié les compétences développées au cours de ces expériences. Le travail consiste ensuite à les regrouper dans différents thèmes. Ensuite, selon le poste visé, tout ou partie de ces thèmes seront indiqués dans le CV, et surtout réarrangés pour présenter les thèmes selon leur importance par rapport à l’emploi recherché.

➡ Le contenu des thèmes de la rubrique Compétences du CV Thématique

Un fois les thèmes choisis, il est nécessaire de dresser la liste des savoir-faire à l’intérieur de ces thèmes. De la même manière que pour la rubrique « Expériences », il faut utiliser des verbes d’actions et bien choisir les termes utilisés, pour faire court et percutant. Par exemple, plutôt que « Négociation des partenariats, dîtes plutôt « Négocier des partenariats ». Plutôt que « Recrutement, formation et évaluation du personnel », choisissez les verbes d’actions correspondant : « Recruter, forme et évaluer le personnel »… Encore une fois, tentez d’illustrer de chiffres et de résultats. La rubrique « Expériences » qui suivra citera les dates, entreprises et fonctions.

➡ La rubrique « Compétences informatiques » pour un informaticien

Dans le cas d’un informaticien, la rubrique compétences informatiques a l’avantage d’alléger la rubrique « Expériences » dans laquelle le logiciel principal sera nommé (« environnement J2EE », par exemple). Toutefois, elle ne doit pas non plus contenir l’ensemble des logiciels, langages ou méthodes que vous avez abordé de près ou de loin. Il faut cibler en fonction du poste sinon vous courrez le risque de ne pas être crédible, voire hors sujet. Si le poste est dans le domaine UNIX, il n’est pas nécessaire d’indiquer toutes vos compétences Windows. Si vous le sentez, il est même possible comme dans la rubrique « Langues » d’indiquer une appréciation de votre maîtrise de la technologie concernée. Si vous disposez d’une certification ou avez suivi une formations spécifique signalez sa nature et sa date (les technologies évoluent vite !).

➡ La rubrique « Compétences informatiques » pour un non informaticien

Quel que soit le poste pour lequel vous candidatez, il est certain qu’il vous faudra fournir une information sur vos compétences en informatique. Cela prouve que vous n’avez pas peur de l’ordinateur ! Dans les métiers administratifs, le fameux couple Word/Excel est la brique de base. Evitez le terme « Microsoft Office » car vous ne maîtrisez peut-être pas tous les logiciels du pack. Toutefois, vous pouvez bien sûr maîtriser des logiciels équivalents comme OpenOffice avec Writer et Calc. Si vous avez une compétence affirmée n’hésitez pas à l’indiquer (par exemple : macros excel, pratique des tableaux croisés dynamiques…). Cela peut faire la différence. Cela peut aussi montrer que vous êtes capable de maîtriser de nouveaux logiciels. Si les logiciels que vous savez utiliser sont connus, indiquez juste leur nom. Dans les autres cas, expliquez leur objet (comptabilité, gestion de stocks, etc.).

➡ Pourquoi pas une rubrique réseaux sociaux, Web ?

Si vous avez utilisé des logiciels web 2.0 comme des outils de gestion de contenu (WordPress, Joomla…) ou si vous avez animez les comptes twitter, facebook, LinkedIn de votre entreprise (sans être un Community manager) , ces points peuvent être mis en exergue dans votre Curriculum Vitae et intéresser une entreprise qui souhaite démarrer ou développer sa communication sur le Web.

➡ La rubrique langues ou compétences linguistiques dans le CV

Il est important de noter dans le CV son niveau en langues étrangères, même si votre niveau est scolaire. Dans la plupart des activités professionnelles, il est nécessaire d’avoir au minimum des notions en anglais. Une grande partie des entreprises ont des clients ou des fournisseurs à l’étranger. Les documentations commerciales ou techniques existent parfois uniquement en langue étrangère. L’Europe a intensifié les partenariats entre les entreprises.

➡ Qualifiez votre niveau de langues

Il est important de rédiger une rubrique « Langues » dans son Curriculum Vitae, mais il faut caractériser sa compétence en langue. Vous pouvez utiliser de nombreuses manières de caractériser votre niveau, mais aujourd’hui 4 niveaux de langues sont couramment utilisés. Ils permettent au recruteur d’avoir imméditement une idée de vos capacités linguistiques. Ces niveaux sont : « scolaire », « lu, écrit, parlé », « courant », « bilingue ».

➡ Le niveau « scolaire » dans la rubrique langue

Évitez d’écrire « Notions » mais utilisez plutôt « niveau scolaire ». Ce niveau correspond au fait que vous êtes capable de prononcer des phrases qui ne sont généralement pas correctes d’un point de vue grammatical. Vous disposez d’un vocabulaire limité pour vous exprimer. Votre compréhension en situation réelle est très limitée. Il correspond évidemment aussi au fait que vous n’avez certainement pas pratiqué depuis l’école. Si vous avez des prédispositions, il est aussi possible d’indiquer que votre niveau « est rapidement perfectible ».

➡ Le niveau « lu, parlé, écrit » dans la rubrique langue du CV

Lorsque vous précisez dans votre CV « lu, écrit, parlé », c’est que vous êtes capable de vous débrouiller si on vous lâche dans le pays support de la langue. C’est à dire que dans un contexte quotidien, vous êtes capable de vous exprimer en utilisant des expressions familières, et de comprendre des réponses simples. Des petites conversations sont donc possibles sur des sujets que vous connaissez. Ce niveau s’applique aussi aux personnes d’un niveau correct mais qui n’ont pas pratiqué régulièrement. Il est aussi possible de préciser que votre niveau « est rapidement perfectible ».

➡ Le niveau « courant » dans le Curriculum Vitae

Attention ! A partir de ce niveau vous êtes susceptible d’être interrompu(e) dans votre présentation pour basculer dans la langue dont votre niveau est « courant ». Il s’agit donc d’être sûr de tenir la distance. Même si le démarrage peut être difficile, il faut rapidement que vous soyez capable de comprendre les phrases sans qu’on vous les répètent. Toutefois, il est possible de demander des précisions sur des termes que vous n’avez pas compris ou qui peuvent être spécifiques. Ce niveau suppose également une utilisation professionnelle.

➡ Vous êtes « bilingue » ?

Ce cas s’adresse aux personnes qui ont une mère ou un père qui est de langue étrangère, ou si vous avez vécu un certain temps dans le pays support de la langue. Vous êtes capable de tenir une conversation, quelque soit l’accent de votre interlocuteur. Vous êtes en mesure de mener des discussions, voire des négociations, dans un cadre professionnel en vous attachant au fond et pas à la forme (langue et vocabulaire).

➡ Les petits plus de la rubrique « Langues »

Pour donner un niveau concret au recruteur sur votre niveau de langues, passez un test d’évaluation le TOEIC (Test of English for international Communication) ou le TOEFL (Test of English as a foreign language). Les notes obtenues permettent au DRH chargé de la lecture des CV de se faire une idée fiable de votre niveau. Si vos résultats datent de plus de 2 ans, précisez-le. Par ailleurs, si vous avez effectué des séjours où vous avez pratiqué la langue au quotidien, idéalement dans un milieu professionnel, cela démontrera votre capacité opérationnelle. Si c’est dans le cadre personnel indiquez uniquement des séjours de plus de 2 mois en totale autonomie.

 

Les autres rubriques du CV

 

➡ La rubrique « Loisirs » du CV

Cette rubrique présente un intérêt pour les débutants. Elle permet au recruteur de se faire une idée du candidat, car ses stages ou projets ne permettent pas d’imaginer sa personnalité. Dans le cas de profils expérimentés, il faut que les loisirs affichés correspondent soit au type de poste recherché, soit aux valeurs de l’entreprise (indiquez votre pratique de la voile si l’entreprise sponsorise des régates !). Toutefois évitez les loisirs clichés qui n’apportent rien à votre candidature, de même si vous collectionnez les dessous de verres ou les sacs à main ! Évitez aussi les loisirs qui semblent prendre du temps, car votre éventuel futur employeur peut vous voir venir… D’une manière générale, évitez la rubrique « Loisirs ». Ce n’est pas elle qui fera prendre son téléphone au recruteur.

➡ Faut-il mettre une rubrique Références ?

Si personne ne peut donner un avis positif sur vous, oubliez ! Dans le cas contraire, il est possible d’ajouter une rubrique référence dans votre Curriculum Vitae. Elle appuie votre candidature, cela fait pro, et le recruteur aura un outil supplémentaire pour se faire une opinion. Toutefois, n’indiquez pas directement les noms et coordonnées de vos contacts. Signalez que ces références sont disponibles sur demande et concernent vos dernières expériences par exemple. Cela permet d’éviter qu’un recruteur un peu trop zélé contacte dans votre dos une personne de votre liste, et statut sur votre candidature sans vous avoir rencontré(e) !

➡ Quelles références  mettre dans son CV ?

Les références sont habituellement des contacts avec lesquels vous avez travaillés, au sens large. Il peut s’agir de votre ancien patron, de collègues, voire de clients ou de fournisseurs. Si vous avez suivi une formation (dans le cas d’une reconversion), votre professeur peut aussi être une référence à contacter. Il peut s’agir aussi de personnes du monde associatif. Plus le contact fait autorité par sa position, meilleure est la référence. Toutefois, il faut que cette référence puissent parler avec connaissance de vos compétences ou des traits de personnalités en rapport avec le poste ciblé.

➡ Veillez à ne pas oublier une rubrique !

En synthèse de l’ensemble de ces conseils sur les rubriques, veillez dans tous les cas à ne pas oublier une des rubriques indispensables. Tous les recruteurs cherchent dans un CV les rubriques formation, expérience, et très souvent les rubriques langues et informatique.

 

Des conseils de rédaction de CV… en vrac

 

➡ Gagnez de la place dans votre CV

Si votre CV commence a déborder sur 2 pages, voire plus, il est urgent de faire du ménage. Tout d’abord supprimer les informations secondaires comme les loisirs ou votre statut marital. Ensuite, détaillez le moins possibles vos expériences les plus anciennes (à moins qu’elles apportent un plus par rapport à l’emploi visé). Concernant les expériences les plus récentes, insistez uniquement sur les missions qui sont aussi en rapport avec l’annonce ou le poste ciblé. Au lieu de détaillez le contenu, vous pouvez aussi donner des informations chiffrées qui sont souvent plus courtes et plus parlantes. Evitez donc les débuts de phrase du type « J’étais en charge de… »

➡ Faut-il mentir sur son CV ?

Vous avez sans doute en mémoire ce patron d’un aéroport qui avait menti sur son CV, et qui s’est retrouvé condamné à une peine de prison. Mentir sur votre diplôme ? Les recruteurs ont accès à vérifdiploma. S’attribuer des responsabilités que vous n’avez pas exercé ? Lors de l’entretien, le DRH vous interrogera sur l’organigramme de l’entreprise ou s’intéressera concrètement ce que vous avez fait. Mentir sur son dernier salaire ? Le recruteur vous demandera d’envoyer vos 3 derniers bulletins de paye. Mentir sur ses loisirs, son niveau de langue ? Imaginez que le recruteur soit un expert en voile qui parle couramment allemand !… Oubliez le mensonge, vous risquez de vous griller définitivement auprès de l’entreprise, du cabinet de recrutement ou de la société d’intérim. Sans compter éventuellement votre employeur actuel !

➡ Mentionner son handicap dans son CV

Faut-il ou non mentionner sa RQTH (Reconnaissance en Qualité de Travailleur Handicapé) dans son curriculum vitae ? Les avis sont partagés. La différence indispose beaucoup de personnes y compris donc les recruteurs. En même temps de plus en plus d’entreprises sont sensibilisés sur le sujet. J’aurais tendance à préconiser ceci. Si vous postulez via un site dédié comme la rubrique emploi de l’Agefiph ou Hanploi, il faut évidemment fournir cette information dans votre CV. Les entreprises ont effectivement ciblées leur annonce car elle s’engage dans la diversité, ou elle souhaite éviter d’acquitter d’une contribution à l’Agefiph (la loi oblige à une proportion de 6% de travailleurs handicapés pour les entreprises de plus de 20 personnes) !

Si votre handicap crée une contrainte éventuelle dans le cas du poste ou tout simplement de l’organisation de l’entretien (adaptation des locaux, nécessité de voir…), il est aussi nécessaire d’en parler (peut-être dans la lettre de motivation, puis au téléphone, si besoin). Dans les autres cas, vous pouvez dans un premier temps vous en abstenir, et en parler en fin d’entretien si c’est un handicap nécessitant une adaptation du poste de travail.

➡ Ne pas oublier de réécrire son CV à chaque mise à jour

Dans une vie professionnelle, nombreuses sont les occasions de préparer un CV. Un CV qui date de quelques mois ou quelques années doit être impérativement mis à jour. Il ne faut pas se contenter d’ajouter la ou les dernières expériences professionnelles. A chaque changement professionnel, il faut relooker le CV. Synthétiser les expériences qui sont les plus anciennes ou les moins pertinentes, modifier son accroche. Le CV est un outil pour trouver un nouvel emploi, ce n’est pas un simple document administratif.

➡ Relire son CV

Ce conseil est sans doute l’un des plus importants ! Combien de candidats laissent d’énormes coquilles dans leur CV ! Je parle bien sûr de l’orthographe, surtout s’il s’agit d’un poste administratif. Ou encore si en précisant vos compétences informatiques, vous écrivez « Exell » au lien de « Excel » ! Mais il existe aussi des erreurs de dates. Ce n’est pas très sérieux de dire en entretien, qu’en fait vous avez fait une erreur de saisie ! Relire son CV, c’est aussi veiller à la lisibilité du document. Le meilleur moyen est de demander à des tierces personnes de donner une opinion rapide sur la forme et aussi le fond : est-ce compréhensible par une personne qui n’est pas forcément spécialiste de votre métier (en général c’est effectivement le profil de la première personne qui lira votre CV).

➡ Eviter de faire sourire

En faisant relire votre CV, vous arriverez aussi peut-être à éviter les tournures qui vous paraissent à vous naturelles, mais qui prêtent à rire. Par exemple : « Informations additionnelles : bonne santé et bon corps, 10/10 aux deux yeux, capable de travailler de jour comme de nuit » (source challenge.fr).  D’une manière générale, éviter l’humour, même dans les rubriques plus légères comme les « Loisirs » par exemple.

 

 

Des conseils + une vidéo + un ebook ?

Devenez membre, c'est gratuit !

Pas de spam chez nous ! Désinscription à tout moment !

Partage

Club Recherche Emploi animé par Captain Job !

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.